04

JANVIER,2014

Avez vous vu ? Avez vous remarquez cette fierté, ce devoir et ce sentiment d’appartenance venant de cette priorité montante de l’achat local ? Écologique, biologique et fait au Québec. Parfait ! L’achat local, qui était d’abord valorisé dans l’agriculture et les produits alimentaires de toutes sortes, prends lentement son essor et tente de modifier les mœurs de tous et chacun. Maintenir et développer le reflex d’achat local. Pourquoi ? Entretenir une vitalité économique de sa région, pardi !

Ne me parlez pas de statistiques, de frais, de pourcentage monétaire ou d’inflation budgétaire, je ne suis pas très douée en économie. Par contre, une chose que l’on comprend tous assez bien c’est l’offre, la demande et le cycle de l’argent. Loin de moi l’idée de vous faire une leçon à se sujet mais comprenons nous bien: L’achat local est plus qu’une mode, c’est une manière disponible, facile et ultra gratifiante de participer à notre communauté de proximité (La province – Région administrative – La MRC – Saint-meuh-meuh des clins-clins). L’achat local est un gage d’économie locale forte et prospère.

Fierté et sentiment d’appartenance

Sérieusement, entre nous là là, ça nous rend fier. Avouez le ! Que neni ! Je le sais, tout au fond de vous, il y a ce sentiment d’appartenance qui vous envahie quand vous amener quelques bières de la micro-brasserie de votre ville, de faire gouter a vos beaux-parents ce brie délicieux et gouteux qui a vieillit à la fromagerie du coin, de montrer ce bijou original et unique qui à été fait par Manon. Mais si, vous savez, Manon, votre ancienne voisine qui a maintenant une petite boutique au centre-ville ! Oh ! Vous avez remarquez ma nouvelle coupe de cheveux ? C’est le nouveau salon de coiffure super branché qui a ouvert ses portes la semaine dernière, à dix minutes de chez moi. Ils sont super sympathique et les prix sont vraiment abordables ! Tiens, une carte d’affaire, tu prendra un rendez vous avec leur styliste qui a fait ses cours à l’institue de beauté machin-chose.

Que vous veniez de… Rimouski, Sherbrooke, Sainte-Perpétue ou même de … de je ne sais où au Québec, nous avons tous un petit sentiment de fierté d’encourager de temps en temps notre économie local par un achat « bien de chez nous ». C’est un feeling agréable, comme un « donnez au suivant » qui souvent finit en habitude. Acheter un produit ou un service local qui équivaut en qualité/prix à un produit/service de grande surface fait en chine (par exemple), Why not, qu’on se dit, hein ?!

C’est un feeling agréable, comme un « donnez au suivant » qui finit en habitude.

Services à proximité, oh que oui !

Si j’ai le choix, je ne ferais pas 75km pour aller chez le dentiste. Non, je vais aller au dentiste le plus proche, celui qui est en ville. Pareil si j’avais un petit bichon maltais coquin: J’irais voir le toiletteur du coin. Je vais au marché et à la quincaillerie au village. Je vais aller me louer une … une échelle de 12pied pour finir le revêtement de mon garage chez Ben-loue-tout. (En plus le Ben est vraiment gentil).

J’ai ce réflexe. C’est probablement évidant pour la plus part d’entre nous, n’est-ce pas ? J’irais pas perdre mon temps en transport (de tout genre) pour aller bénéficier d’un service X qui s’offre à quelques minutes de mon domicile. Un service de qualité avec un « petit quelque choses » de plus. Le plus ? C’est des habitants de « chez nous » qui nous l’offre !

Donc, Achat local = fait rouler la machine à sous local.

La machine à sous local = Amélioration de l’économie globale de votre région,  augmentation de la qualité de ses services, sentiment d’appartenance et cette impression gratifiante de changer les choses, aider son prochain etc. etc.

Achat local = Engagez local

Je ne dirais pas que c’est un cercle vicieux, puisqu’il n’y a rien de vicieux là dedans. Au contraire.

Tien, on va l’appeler le cercle bénéfique.

Le cercle bénéfique de l’achat local est aussi d’engagez local.

Bon, vous allez dire que je prêche pour ma paroisse (Hey ! Salut ! je m’appel Aimée, je suis une graphiste pigiste sympathique, de VOTRE région ! ) Mais je préfère penser que je prêche pour tout les travailleurs autonomes. (Oui, je sais, quel altruisme ! 😉 ). L’économie local passe aussi par tout les travailleurs, entrepreneurs et passionné de votre région. Faire fonctionner le cercle bénéfique de l’achat local c’est aussi de faire attention à se détail. Y porter une attention toute particulière pour rechercher a employer à proximité son personnel, ses professionnels, ses manutentionnaires, comme ses caissières, son comptable, son psychothérapeute, son esthéticienne et son graphiste.

Même le populaire sigle qui identifie les produits fait au Québec y vont avec cette optique :  » Les aliments d’ici sont remarquables. Repérez-les. Dégustez-les. Encouragez l’économie locale. »

Oh oui, son graphiste !

Un graphiste ( pigiste ou non, ça va de soit ) est là pour vous aider dans ce cycle bénéfique, autant que votre épicier ou livreur de pizza. Engagez un graphiste professionnel, qui à cœur de vous aider dans vos réalisations visuels, de designer vos factures, de faire la mise en page de votre rapport annuel, de revitaliser votre images de marque, de faire une superbe page web pour faire la promotion de vos propres services sur le web ! Nous sommes en 2014, il n’y a plus aucune raison que votre identité visuels démontre votre professionnalisme et votre désir participer activement dans le cercle bénéfique de l’achat local.

Trouver un graphiste local : Comment faire ?

La technique la plus classique est la bouche-a-oreille. Technique que je n’ai pas vraiment à défendre sur son efficacité. Demandez autour de vous ! C’est simple et vous aurez en plus probablement plusieurs choix. L’on vous référa des personnes en qui l’on a confiance.

Voyez du côté de la chambre de commerce de votre région ! Organisme qui rassemble les gens d’affaires, travailleurs et entrepreneurs de votre coin de pays, la chambre de commerce est l’outil du cercle bénéfique par excellence. Sur leur site internet ou encore un petit coup de fil aux responsables, pourra vous guider vers les graphistes qui se retrouve localement près de chez vous.

Il ne faut pas oublier internet. Deux clic, une recherche sur google (Graphiste + le de votre mrc ou de votre ville) et vous verrez défiler certains noms. Lien vers facebook (ou tout autres médias sociaux) ou leur portfolio web, vous pourrez rapidement juger de leur travaux et décider ou non d’un premier contact.

Concentrez d’abord vos recherches. Combinez les différents moyens et surtout, n’hésitez pas à prendre un contact avec un graphiste près de chez vous.

Comme vous, il a à cœur de faire partie du cycle bénéfique de l’achat local.

Comme vous, il a une fierté et un sentiment d’appartenance à travailler sur des projets locaux.

N’hésitez pas ! Engagez une graphiste bien de chez vous !

 

Pssst ! Pssst ! Ici ! Regarde !

Pin It on Pinterest

Share This